Votre point mazout du mardi 26 février 2019 : baisse prévue pour demain. Quelle est la tendance de ce début de semaine ?

Prix maximum du mazout - Mardi 26 février 2019

 
CombustiblesMeilleurs prix *
CARBU.COM
Prix maximum
Aujourd'hui
Prix maximum
27/02/2019
Mazout de chauffage 50S - de 2 000 l0,6290 €/l0,7219 €/l ▼ 0,7068 €/l
Mazout de chauffage 50S + de 2 000 l0,6165 €/l0,6934 €/l  ▼ 0,6783 €/l
Mazout de chauffage extra - de 2 000 l0,6390 €/l0,7218 €/l ▼0,7067 €/l
Mazout de chauffage extra + de 2 000 l0,6180 €/l0,6933 €/l ▼0,6782 €/l

* Meilleurs prix proposés actuellement par nos partenaires sur CARBU.COM en date du 26/02/2019. En fonction des fournisseurs, ces prix peuvent ne pas être disponibles dans votre commune. 

Alerte mazout : Baisse de prix ce mercredi 27 février 2019. Le prix du mazout diminue de 0,015 €  par litre. Soit une diminution de 15 € par plein de 1.000 litres. Attendez demain pour passer commande !


Votre prix CARBU.COM 

Ce mardi, vous pouvez faire jusqu'à 92,90 euros d'économies par plein de 1.000 litres de mazout ordinaire 50S en commandant sur CARBU.COM. Calcul réalisé sur la base des meilleurs prix proposés par nos partenaires en date du 26/02/2019. En fonction des offres des fournisseurs, ces prix peuvent ne pas être disponibles dans votre commune. 
 

Évolution sur 1 mois du prix maximum du mazout 50S

Variations du 26/01/2018 au 26/02/2019
+ 0,0494 €/L - + 7,34 %
Vous payez près de 49,40 € de plus pour un plein de 1.000 litres de 50S qu'il y a un mois

 

Tendances : que se passe-t-il sur le marché du pétrole ? 

Le prix du pétrole brut reste supérieur à 65 dollars le baril

En fin de semaine dernière, le prix du baril de brut enregistrait son niveau le plus haut de ces 3 derniers mois atteignant les 67 dollars pour le baril de Brent.

Les prix du brut sont globalement en hausse depuis le début de l'année 2019 en raison :
  • des efforts de l'OPEP et de ses partenaires, dont la Russie, pour diminuer leur production,
  • des sanctions des États-Unis envers le Venezuela empêchant le brut vénézuélien d'être exporté
  • et du conflit commercial entre la Chine et les États-Unis.
Jusqu'à présent, les baisses de productions volontaires et involontaires (Iran, Venezuela) des pays membres de l'OPEP et de la Russie ont permis de maintenir les prix du brut au-dessus d'un seuil que l'organisation estime minimal.

Ce lundi, les prix du pétrole avaient pourtant du mal à confirmer une tendance.

D'une part, le marché est optimiste après une semaine de négociation entre les États-Unis et la Chine. Négociations qui risquent fort probablement d'aboutir à un accord commercial entre les deux grandes puissances économiques. À cinq jours de la date butoir qu'il avait fixée, Donald Trump a même levé son ultimatum sur le commerce chinois. Les États-Unis étant premier consommateur mondial de pétrole et la Chine premier importateur, un accord commercial pourrait faire remonter la demande mondiale.

D'autre part, les investisseurs ne savent pas comment aborder la production américaine qui atteint des niveaux records selon l'Agence Internationale de l'Énergie (AIE). Rappelons que les États-Unis sont devenus premier producteur mondial et la production de pétrole de schiste américaine compte désormais pour 50 % de sa production globale. Selon les prédictions de l'AIE, la production de pétrole de schiste ne devrait cesser d'augmenter d'ici 2035 pour atteindre alors 11 millions de barils par jour.

Ce lundi, l'optimisme des marchés se voyait donc tempéré. Alors qu'il valait 67,52 dollars à l'ouverture des marchés, le prix du baril de Brent a diminué en cours de journée. Le Brent avait perdu près de 1,90 % de sa valeur en milieu d'après-midi.

L'euro quant à lui reste stable face au dollar enregistrant même une petite hausse en cours de journée. L'euro affichait une valeur de 1,1342 $ à l'ouverture des marchés ce lundi matin.

Date de publication : 26/02/2019 11:06:00