Prix des carburants : vers un retour "à la normale". La tendance de ce lundi 23 septembre 2019

Carburants : les prix se stabilisent après la montée brutale de la semaine dernière

La semaine dernière, les prix des carburants à la pompe ont été fortement impactés par la flambée du cours du brut enregistrée lundi dernier. Tant le prix du diesel que celui de l'essence ont été corrigés à la hausse de plusieurs centimes par litre. Par contre, si le prix de l'essence était déjà revu à la baisse en fin de semaine, pas de baisse de prix observée pour le diesel. 

Évolution des prix maximum.


Aujourd'hui1 semaine1 mois1 an
Super 95 (E10)1,4890 €/l+ 2,90 €c/l
+ 1,99 %
+ 2,90 €c/l
+ 1,99 %
- 4,10 €c/l
- 2,68 %
Super 95 (E5)1,4750 €/l+ 3,00 €c/l
+ 2,08 %
+ 3,00 €c/l
+ 2,08 %
- 5,30 €c/l
- 3,47 %
Super 98 (E5)1,5420 €/l+ 3,80 €c/l
+ 2,53 %
+ 3,80 €c/l
+ 2,53 %
- 6,60 €c/l
- 4,10 %
Super 98 (E10)1,5520 €/l+ 3,90 €c/l
+ 2,58 %
+ 3,90 €c/l
+ 2,58 %
- 6,40 €c/l
- 3,96 %
Diesel (B7)1,5510 €/l+ 2,90 €c/l
+ 1,91 %
+ 5,20 €c/l
+ 3,47 %
- 1,60 €c/l
- 1,02 %
Diesel (B10)1,5580 €/l+ 2,80 €c/l
+ 1,83 %
+ 5,20 €c/l
+ 3,45 %
- 1,50 €c/l
- 0,95 %
Diesel (XTL)2,0340 €/l- 1,30 €c/l
- 0,64 %
+ 3,20 €c/l
+ 1,60 %
+ 22,70 €c/l
+ 12,56 %
LPG0,5070 €/l+ 5,00 €c/l
+ 10,94 %
+ 7,00 €c/l
+ 16,02 %
- 12,30 €c/l
- 19,52 %
Source: CARBU.COM
Tous les prix sont TVA comprise
n.d. : non disponible

Retour au calme sur le marché pétrolier


Lundi dernier, le prix du pétrole montait en flèche et prenait plus de 10% à la suite des attaques par drones des 2 principaux champs pétroliers saoudiens qui ont affecté ainsi pas moins de 5% de la production mondiale et ont fait planer le doute d'une escalade armée dans les pays du Golfe.

Ce rebond des prix pétroliers a alors montré à quel point le marché est sous tension à l'idée d'une baisse de l'offre pétrolière.

Cependant, en fin de semaine, le prix du brut chutait à nouveau.

Il faut dire que le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo,  a assuré que les États-Unis allaient privilégier une solution pacifique avec l'Iran qu'il a accusé d'être à l'origine de l'attaque contre des installations saoudiennes.

Le gouvernement saoudien a également rassuré les investisseurs en affirmant que la totalité de la production saoudienne pourrait être rétablie d'ici la fin du mois.

Ce lundi, le pétrole reculait encore alors que l'indice PMI de la production manufacturière en zone euro est décevant dans un contexte de croissance mondiale déjà ralentie.

Ce lundi matin, à l'ouverture des marchés, le baril de Brent s'élevait à 65,29 $ pour continuer à perdre de la valeur au cours de la journée.

Côté monnaie, l'euro se déprécie une nouvelle fois face au dollar en raison des PMI décevants affichant une valeur de 1,1019 $ ce lundi matin.


Quels sont les risques d'un choc pétrolier ?

Si l'arrêt de la moitié de la production pétrolière saoudienne a souligné la vulnérabilité des infrastructures du troisième plus grand producteur de brut au monde, le risque d'un choc pétrolier ne s'est pas confirmé. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'existe pas, car l'instabilité géopolitique persiste au Moyen-Orient. Les investisseurs restent donc sur la défensive et adoptent globalement un positionnement prudent.

Cela dit, les réserves mondiales de brut sont rassurantes et les marchés sont approvisionnés par de très nombreuses sources à l'échelle mondiale.

En Belgique, en cas de pénurie de brut due à un choc pétrolier, les réserves stratégiques permettent de garantir trois mois de consommation.
 

Date de publication : 24/09/2019 16:38:00