Prix à la pompe : quelle est la tendance ce lundi 18 mars 2019 ?

Le prix de l'essence a augmenté, celui du diesel c'est stabilisé

Difficile de définir une tendance à l'heure actuelle. Quoique à la hausse depuis le début de l'année, les marchés restent hésitants et le cours du brut peut changer de tendance d'un jour à l'autre. À la pompe, les variations des prix ne sont pas uniformes. L''essence a augmenté la semaine dernière alors que le prix du diesel est resté stable et qu'il descend même ce mardi 19 mars 2019. Pas de changement en vue cependant pour l'essence.

Évolution des prix maximums


Aujourd'hui1 semaine1 mois1 an
Super 95 (E10)1,4460 €/l+ 1,80 €c/l
+ 1,26 %
+ 4,50 €c/l
+ 3,21 %
+ 4,10 €c/l
+ 2,92 %
Super 95 (E5)1,4260 €/l+ 1,00 €c/l
+ 0,71 %
+ 4,40 €c/l
+ 3,18 %
+ 4,40 €c/l
+ 3,18 %
Super 98 (E5)1,5150 €/l+ 0,70 €c/l
+ 0,46 %
+ 4,50 €c/l
+ 3,06 %
+ 5,80 €c/l
+ 3,98 %
Super 98 (E10)1,5240 €/l+ 0,80 €c/l
+ 0,53 %
+ 4,60 €c/l
+ 3,11 %
n.d.
n.d.
Diesel (B7)1,5410 €/l=
+ 0,00 %
+ 2,20 €c/l
+ 1,45 %
+ 15,00 €c/l
+ 10,78 %
Diesel (B10)1,5510 €/l=
+ 0,00 %
+ 1,70 €c/l
+ 1,11 %
n.d.
n.d.
Diesel (XTL)1,9240 €/l=
+ 0,00 %
- 14,20 €c/l
- 6,87 %
n.d.
n.d.
LPG0,5540 €/l=
+ 0,00 %
+ 3,20 €c/l
+ 6,13 %
+ 6,00 €c/l
+ 12,15 %
Source: CARBU.COM
Tous les prix sont TVA comprise
n.d. : non disponible
 

Des marchés toujours indécis 

Le marché peine toujours à prendre une direction. Entre les baisses de production de l'OPEP+, les sanctions américaines et les perturbations en Iran et au Venezuela, la hausse de production importante aux États-Unis et la baisse de croissance mondiale, les investisseurs ne savent pas trop à quel saint se vouer.  

En fin de semaine dernière, les cours du brut reculaient légèrement pour repartir à la hausse ce lundi alors que des représentants de l'OPEP+ se sont retrouvés ce weekend à Bakou en Azerbaidjan pour évaluer le marché.

Ce lundi, un comité ministériel de l'OPEP et de ses 10 partenaires hors OPEP se réunit pour faire le point sur leur stratégie de réduction de la production mise en place il y a deux ans pour soutenir les prix du pétrole. Si cette réunion n'a pas de pouvoir décisionnaire, la présence de l'Arabie saoudite et de la Russie suffit à susciter l'intérêt des investisseurs en attendant les prochaines réunions qui doivent se tenir à Vienne en avril et en juin prochains. 

Si la prolongation des mesures de l'accord jusqu'au mois de juin avait déjà été décidée en décembre dernier, il pourrait être question d'une nouvelle prolongation de l'accord jusqu'à la fin de l'année tant que l'augmentation des stocks n'est pas rééquilibrée.

Équilibre compliqué à évaluer

D'un autre côté, grâce à leurs gisements de schiste, les États-Unis ont atteint des niveaux records de production et sont devenus premiers producteurs à l'échelle mondiale. En outre, ils sont en voie de devenir exportateurs nets d'ici 2021.

Ce sont les Etats-Unis qui imposent également des sanctions à l'Iran et au Venezuela, ce qui rend les prévisions sur l'offre et la demande mondiale difficiles à réaliser.

Situation d'autant plus compliquée que le Venezuela, déjà en grande difficulté économique, a connu une panne d'électricité importante dont l'impact sur la production de pétrole locale n'a pas tardé à se faire sentir. Une augmentation de risque pour l'approvisionnement du marché s'en suit. L'Arabie saoudite est alors pressentie pour prendre le relais et utiliser ses capacités supplémentaires selon l'Agence Internationale de l'Énergie. 

Dans ce marché compliqué, ce lundi, le prix du Brent s'affichait à 67,16 $ le baril à l'ouverture et il a continué à monter en cours de journée. 

Côté monnaie, heureusement, l'euro se maintient face au dollar affichant une valeur de 1,1319 $ ce lundi matin à l'ouverture dans un marché qui attend les conclusions de la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine de ce mercredi.

Datum van publicatie : 19/03/2019 15:56:00